Votre bureau vaut une fortune

Votre bureau vaut une fortune

En France, la loi oblige les sociétés à recycler toutes les ordures résultant de leurs activités, y compris les résidus d’ameublement. Toutefois, elles ne savent pas qu’il y a une issue très pratique pour leurs déchets : Valdelia.

Êtes-vous conscient que vous déboursez de l’argent pour que votre mobilier soit recyclé ? Eh bien, c’est la vérité ! Vous payez un certain montant via l’éco-participation durant l’achat d’un mobilier neuf. Ce procédé a été créé il y a 2 ans. Pendant votre déménagement, vous pouvez seulement contacter l’éco-organisme Valdélia, car ça ne vous coutera rien.

Le mobilier de bureau est une petite fortune cachée. L’étoffe est recyclable. Tout ce qui est du plastique, fer, carton, bois et métal est transformable en matières brutes secondaires, lesquelles sont cédées aux industries qui les insèrent dans d’autres procédés de fabrication. C’est possible que le bureau où vous vous trouvez chaque jour soit en partie produit avec ce matériau recyclé.

Autre option : la réutilisation ou la reprise. Les mobiliers seront offerts à des associations sur place ou par envoyé à l’international. Il est également possible de les vendre à des magasins solidaires ou de les transformer dans un but artistique.

Recyclage : un taux exigé à 75%

Valdelia est contraint d’arriver à une proportion de réemploi de 75%. En 2014, il a triplé les tonnes amassées aboutissant, soit à 18 000 tonnes. Cela équivaut 8% de la totalité des gisements. Environ 600 tonnes de ces matériaux sont réutilisées. Une telle méthode cache une réalité pour l’économie, laquelle se veut solidaire et sociale. Valdelia opère avec près de 100 entreprises dans le secteur.

Des travailleurs en intégration deviennent ainsi des ébénistes ou des chaudronniers. Mais Valdelia doit se faire une notoriété. Alors, il organise un énorme programme de sensibilisation appelé ‘Opération Tous Solidaires’. Il consiste à marquer des étapes dans 12 villes françaises entre avril et octobre. Les entreprises réalisent des promesses de dons lors de chaque étape de cette tournée. Une tonne de matériaux amassée permet de verser un certain pourcentage à plusieurs associations comme l’ARES, la Gerbe, l’APTIMA…

Une compétition nationale est lancée : la ville amassant des promesses de dons considérables gagnera un bénéfice augmenté de 25%. À noter que sur 2 millions de tonnes de résidus, 800 000 sont enterrés, 900 000 sont brulées et seulement 300 000 sont recyclés.

Laisser un commentaire