Immobilier de bureau : les chiffres par métro

Immobilier de bureau : les chiffres par métro

Rue du Bac, Trocadéro, Champs Elysées, Varenne… Quelle station de métro est la plus chère, si l’on parle d’immobilier de bureau ? 2014 a été une année agréablement surprenante pour les acteurs du marché : le taux d’occupation de ce type de mobilier se classe parmi les records des années 2000. Quelle station semble alors particulièrement rentable pour ces derniers ?

Les 5 stations de métro parisiennes les plus rentables pour les promoteurs de l’immobilier de bureau

Si les promoteurs de l’immobilier de bureau, notamment ceux du quartier d’affaires de la Défense ne choisissent pas leur année de crue, certaines stations de métro de la capitale se veulent toutefois plus rentables que d’autres, autrement dit, elles qui proposent les bureaux les plus chers. A la cinquième place, on retrouve la station George V autour de laquelle les bureaux se louent en moyenne à 539 euros /m². Quatrième place : les Champs-Elysées Clémenceau, ligne 1, que plus d’un aurait désignée comme étant la plus chère. Loin de là, avec ses loyers environnants tournant autour des 548 euros /m². A la troisième place, on retrouve la station Rue du Bac, où les bureaux se louent 563 euros/m² en moyenne. Au second rang des stations de métro les plus chères de Paris en termes d’immobilier de bureau : Trocadéro avec 576 euros /m². A la première place et toujours la plus chère depuis 2010 : station Varenne, ligne 13, Paris 7ème, avec un loyer de 577euros/m² en moyenne. Ces chiffres étant alors établis sur l’année, sans compter les charges et taxes.

2014 : l’année du nouvel espoir pour les promoteurs de l’immobilier de bureau

2014 a particulièrement encouragé à nouveau les promoteurs de l’immobilier français. Néanmoins, le marché a particulièrement rebondi dans la capitale et encore plus spécialement dans le quartier d’affaires de la Défense. Les gros clients étant alors plus intéressés par le mobilier neuf. Une catégorie qui ne peut qu’avantager les affaires des acteurs de l’immobilier, puisqu’elle coûte généralement plus cher.

Laisser un commentaire