L’air au bureau provoque un coup de mou

L’air au bureau provoque un coup de mou

À la fin de la journée, on doit souvent travailler plus dur pour garder notre concentration et afin de ne pas se ramollir sur le lieu de travail. Le responsable est l’air qu’on respire au bureau.

L’air est-il nocif ?

L’air qu’on respire au bureau provoque le fameux coup de mou en fin de journée. C’est la conclusion d’une étude des chercheurs des universités de Syracuse et de Harvard parue sur ‘Environmetal Health Perspectives’. D’après ces derniers, la qualité de l’air qui circule dans les bureaux influe énormément sur nos capacités cognitives.

Les chercheurs ont remarqué que les employés des bâtiments ‘verts’ bénéficiant d’une bonne ventilation affichaient un meilleur fonctionnement cognitif par rapport à ceux qui travaillaient dans des locaux ‘non-verts’ et peu ventilés. La raison est que le dioxyde de carbone exhalé par chaque employé stagnerait dans l’air faute de mauvaise aération.

Les résultats de l’étude annoncent que même une légère amélioration au niveau de l’environnement intérieur a un grand impact sur les performances des salariés. Pour connaître les effets de la qualité de l’air sur les capacités cognitives, les chercheurs ont fait une analyse du lieu de travail de 24 employés pendant 6 jours de travail. Ceux-ci ont été soumis à une qualité d’air intérieur variable. Les résultats ont permis de conclure que les salariés qui travaillent dans des locaux à faible niveau de pollution de l’air montraient des scores cognitifs 61% plus élevés que ceux qui travaillaient dans un milieu standard. Les conclusions de l’étude considéraient chaque capacité cognitive sollicitée au travail : orientation des tâches, activité de base, activité ciblée, activité appliquée, recherche et utilisation d’informations, stratégies, amplitude de l’approche et réponse aux crises.

Selon ces résultats, ceux qui travaillent dans un milieu classique doivent s’aérer 1 à 2 fois par jour et ouvrir fréquemment les fenêtres afin de ne pas polluer l’air intérieur.

Laisser un commentaire